AU FIN FOND DU BOIS

 
 

Comme je vous le disais, un vieil homme au grand coeur. Parfois très dur mais toujours juste. Pourtant, Père Gel, Gardien du froid et du vent, a souvent été considéré comme un personnage cruel. Evidemment, il souffle des airs glaciaux. Dans la nuit, lorsque les bourrasques battent les rues, rares sont ceux qui bénissent son oeuvre.

Evidemment lorsque l'immense vieillard paraît, avec son grand manteau couleur de nuit et d'étoiles et dont les pans distribuent généreusement le frimas, les cheveux et la barbe hirsutes, tourbillonnants dans son blizzard, nul n'est enclin à l'accueillir chaleureusement. Certains disent même qu'à chacun de ses pas, la neige jaillit.

Très au fait de son caractère tempétueux, Père Gel, prend pourtant soin de ceux qui se perdent dans la nuit froide. Mais il est vrai qu'il n'hésite pas à semer la mort et le désespoir chez les vilaines gens. A ce propos, il se raconte que, dans les lointaines campagnes de Russie, vivait une très méchante femme, mère d'une fille aussi mauvaise qu'elle. Veuve de son premier mari, la maraude ne tarda pas à mettre le grappin sur un fermier également veuf et père d'une charmante demoiselle. Pauvre d'eux, les noces à peine prononcées, le bonhomme et son enfant ne tardèrent pas à regretter ce mauvais choix.

L'épouse et sa progéniture ne cessaient de rouspéter. Rien, jamais rien ne fonctionnait comme elles l'entendaient. La pauvre belle fille nommée Macha, souffrait le martyre. Tout dans la maison était à sa charge. la petite travaillait jusqu'à l'épuisement sous les remontrances des deux commères sans que son père n'intervienne.


   

 

Les mégères respiraient la méchanceté. À tel point qu'un jour, elles décidèrent qu'il était grand temps que Macha disparaisse. Dans un second temps, le vieux subirait le même sort, mais... une chose à la fois. Elles interpelèrent le paysan, lui laissant croire que Père gel cherchait une épouse. Il suffisait au métayer de déposer sa fille au pied du grand sapin au fond de la forêt. Il s'exécuta sans poser trop de questions.


Le soir venu, dans sa pauvre robe, Macha frigorifée et effrayée, sanglotait dans la neige. Elle entendait une sorte de craquement cristallinIl sembla murmurer à trois reprises: " as-tu chaud ma fille? Comme pour se motiver elle susurra: oui, j'ai bien chaud. Ses forces pourtant la quittaient.


Elle luttait contre le sommeil, ses dents claquaient. Elle tentait d'imaginer le bon feu du foyer se disant : j'ai bien chaud... Une dernière fois elle crut entendre : "as-tu bien chaud ma fille?" L'air glacé était vibrant, craquant. Une sorte de manteau blanc enveloppait Macha. Dans son esprit, elle en fit un duvet bien douillet et lâcha une dernière fois, avec peine: oui, j'ai bien chaud. Puis elle sombra.


Père gel attendri, observait la jeune fille. Quel courage songea-t-il, je devrais faire quelque chose pour elle.

 

 

Soir 3

- Ce soir, avec vos parents, inventez votre propre histoire de Noël. Un commence, le suivant trouve la suite et le suivant, chacun son tour aussi longtemps que vous le pouvez.

Vous pouvez poster vos idées, dessins ou images de vos activités ici : sur FaceBook