Coeur d'enfant

 
 

A la vue de ces présents, notre magicien reprend le dessus, son imagination galope. En avant supers héros !  A l'assaut des dragons et dinosaures qui peuplent le monde des forêts enchantées. Et vous aventuriers, tentez la capture des créatures qui hantent la jungle ensorcelée ! Au fil des heures, bois, hameaux, villes et laboratoires prennent forme. Une multitude de petits personnages s'agitent dans tous les sens. A force de fantaisie et d'invention, de batailles et de conquêtes, le jeune « scénariste» se fatigue. Son estomac réclame un bol de cacao, une tranche de gâteau. Alors, il appelle, il appelle, et il appelle encore. Un lourd silence s'ensuit.

Pour la première fois, ce lieu à l'abord fascinant, l'affole. Soudain, comme si le décor matérialisait sa solitude, une grande table dressée lui apparait. Les chaises inoccupées faisant face à des assiettes débordant de mets appétissants intensifient son isolement. Une fois encore, il appelle, mais personne ne répond. Personne. 

Personne avec qui parler ou jouer : ni parents, ni cousins, ni copains. Vraiment personne avec qui profiter de ces présents. Pas de sourire engageant, aucune d'exclamation, pas de parole réconfortante, ni de mains caressantes. Il est seul. 

   

 

Le chérubin au cœur lourd se met à errer, prisonnier de cet univers dont il se désintéresse maintenant. La peur le gagne. Il crie, pleure, mais en réponse pas un bruit, pas un souffle, pas une trace de vie. Pas de murs, ni de fenêtre, pas de passant, ni de compagnon de jeu, pas même une minuscule souris avec qui se distraire. Juste un sapin, une table et une multitude de jouets qui maintenant l'effrayent. L'odeur de la cannelle et des mandarines, le cliquetis des boules et le froissement des guirlandes ne parviennent pas à le rassurer. Même les gourmandises suspendues au sapin le rebutent. Puis, un scintillement capte son regard. Intrigué, il se dirige vers cette lueur providentielle. 

Absorbé par la découverte des nombreux paquets, il n'avait pas remarqué la petite crèche blottie au creux du gigantesque roi de la forêt. Attendri, le gamin se penche. Surprise, lgrangette, rehaussée d'une étoile, habitée d'une Marie au regard doux et d'un Joseph attentif au petit être endormi, ressemble étrangement à celle qu'il avait fabriquée avec ses parents. Une larme roule sur sa joue : la joie d'être avec eux, la concentration de chacun, les avis partagés sur la manière de procéder, les plaisanteries et les éclats de rires lui reviennent en mémoire. Fourbu et chagrin, le petit se couche. Les diverses émotions qui ont teinté sa journée ont raison de lui. Le cœur endolori, il glisse dans le sommeil, l'image de Maman dans les yeux. «Si seulement tu étais là pour me dire ce que j'ai oublié.» 

 

Soir 18

Jeu du cadeau
- Ce jeu se joue deux par deux. Les autres observent la scène. Un des participants offre un cadeau imaginaire à l'autre. Celui qui ouvre le cadeau, réagit en exprimant son émotion. Pour corser le jeu, on peut imposer
une émotion avant de commencer (plaisir, déception, excitation, nervosité, contentement...) On change de joueur afin que chacun puisse participer.

Demain soir : confection d'étoiles de Noël à la cannelle.

Prévoyez : emporte-pièce en forme d'étoile - papier sulfurisé - 3  blancs d'oeufs - 1 pincée  de sel - 250g  de sucre glace - 1 sachet  de sucre vanillé - 1 cs  de cannelle - 1 cc  de cacao en poudre (facultatif) - 400g  d'amandes moulues - sucre glace sur une assiette.

Vous pouvez poster vos idées, dessins ou images de vos activités ici : sur FaceBook