Le cadeau

 
 

A leurs pieds, quelques fleurs tardives abandonnaient leurs derniers pétales, les tiges grêles se prêtaient à l'exercice de la bougie. En un seul souffle, mille lueurs vacillantes éclairèrent leurs pas. Les cailloux épars s'éveillèrent : leurs tons grisâtres en rougirent de plaisir. Inerte à l'instant, la pierre épousa la forme de petits bonshommes à la pilosité cotonneuse.

Le silence, habité jusqu'alors, de frôlements et de grincements, fit place à une joyeuse cacophonie. Occupés à ce spectacle peu coutumier, le petit et sa mère ne remarquèrent pas de suite celui qui se déroulait juste au-dessus d'eux. L'air s'était chargé d'une odeur fraîche et acidulée mais ils n'y prêtèrent pas attention. Michael s'écria, excité : Maman, regarde! Regarde le petit sapin, il se couvre de de pommes, de boules et de bâton de cannelle!

«Elles viennent du ciel!» Et en effet, les pommes qui tantôt reposaient dans l'obscurité des caves, voltigeaient dans les airs, imitant les couleurs de l'arc-en-ciel. Emerveillés par tant de miracles, les deux aventuriers lançaients des «oh!» et des «ah!» courant en tout sens. Pas de place pour les questions. Vivre ces prodiges importait seulement et ils n'étaient pas au bout de leurs surprises.


   

 

Dans le ciel, se mêlant aux pommes, de délicates étoiles scintillantes flottaient. Leur course légère s'arrêtait sur le sol, bientôt recouvert d'un tapis blanc et moelleux. Dans l'azur, la cime des montagnes se découpait en zébrures multicolores. C'est alors que, prise de curieux soubresauts, les bûches, tantôt figées, s'agitèrent. Anticipant la transformation qu'ils devinaient déjà, le souffle suspendu, ils observaient.

La récompense ne tarda pas : d'étranges petits bonshommes s'extirpèrent de leur carcasse de bois. Aussitôt éveillés, ils s'affairèrent. Ils couraient de-ci, de- là, à la recherche de pioches improvisées. Une fois leur outil déniché, ils appliquèrent de grands coups à la terre lui causant d'insolites cicatrices, luisantes de pierreries.

Dans le même temps, les quelques papiers et détritus abandonnés par d'inconscients randonneurs se muèrent en or. Un trésor gisait à leurs pieds. Excité à l'idée de pouvoir attraper nains et Pères Noël, si petits qu'ils tenaient dans sa main, Michael ne se soucia pas des lézardes scintillantes, apparaissant ça et là. Il lui fallut s'y prendre les pieds pour réaliser ce prodige. Et là, que d'exclamations ! Les onomatopées lui manquaient tout comme les mains.

 

Soir 14

- Bonne soirée avec les films de Noël préférés de vos parents

Vous pouvez poster vos idées, dessins ou images de vos activités ici : sur FaceBook